UniCredit et Axiom AI baissent le ratio de frais de leur ETF global, investi sur les obligations « CoCos » pour marquer son premier anniversaire

– Depuis sa cotation en bourse l’année dernière, l’ETF UC Axiom Global CoCo Bonds a réalisé la meilleure performance1 parmi les ETF CoCo couverts en euros.

– Dans le contexte actuel de marché, les obligations AT1 semblent particulièrement attractives en comparaison avec les autres classes d’actifs hight-beta.

UniCredit et Axiom Alternative Investments ont annoncé aujourd’hui la réduction à 0,39% du ratio TER (total des frais sur encours) de l’ETF UC Axiom Global CoCo Bonds, premier fonds indiciel mondial qui offre une exposition pondérée en fonction de la valeur de marché.

Ces changements sont entrés en vigueur au début de ce mois et coïncident avec le premier anniversaire du fonds.

L’ETF UC Axiom Global CoCo Bonds UCITS, coté sur la bourse allemande, le Xetra, sous le ticker CCNV GY Equity, est le premier ETF à offrir aux investisseurs un accès à l’ensemble du marché des obligations « CoCo », en incluant les instruments de capital Additional Tier 1 (AT1)* et Restricted Tier 1 (RT1)*. Le fonds suivra la performance de l’indice Solactive Axiom Liquid Contingent Capital Global Market TR– EUR hedged (SOLAXICC), le premier indice de référence, couvert contre le risque de devises, et pondéré en fonction de la valeur de marché.

Selon les dernières données publiées par l’Autorité Bancaire Européenne (EBA), les banques européennes n’ont jamais abordé une crise, aussi bien capitalisées, avec en moyenne 14,8% de fonds propres durs dits « Common Equity Tier 1 » bien supérieur à la moyenne de 8% en 2008. Au cours de la dernière décennie, elles ont assaini leur bilan, renforcé leur capital ainsi que leur résilience opérationnelle, comme l’ont montré les tests de résistance de l’EBA en 2018.

Selon la recherche crédit d’UniCredit, le soutien des États et des banques centrales est également extrêmement positif pour le secteur. La classe d’actif est soutenue par des mesures temporaires d’assouplissement réglementaire, telles que les règles de pertes sur crédit sous IFRS 9 et des exigences minimales en capital qui éloignent la distance au seuil de déclenchement du Montant Maximum Distribuable (MDA).

Au cours des derniers mois, les marchés ont connu une correction importante due à la crise du coronavirus, entraînant la classe d’actifs à des niveaux de valorisations extrêmement attractifs avec un rendement au call de 6,44% pour CCNV GY Equity à fin mai.

 Laurent Dupeyron, Directeur Général d’UniCredit, a déclaré

« Nous sommes heureux de constater que CCNV GY Equity a obtenu de très bons résultats au cours de sa première année d’existence. Notre produit commun développé avec Axiom offre une exposition rentable et bien diversifiée au marché des CoCos. Les contraintes de risque liées à la notation investment grade de l’émetteur nous rendent confiants dans la capacité de l’ETF à bien résister dans cet environnement de marché difficile.« 

David Benamou, fondateur et directeur des investissements d’Axiom AI, a ajouté :

« La crise actuelle n’est pas une crise bancaire, mais une crise économique et de santé publique. Les banques européennes ne sont, cette fois, pas le problème et devraient jouer un rôle clé dans la résolution de cette crise. Les niveaux de « spreads » de crédit sont actuellement de 600 bps sur les obligations AT1/RT1. Pour ces raisons, nous pensons que la dette subordonnée du secteur financier est actuellement l’une des classes d’actifs les plus attractives sur le marché du crédit. »

 

[1] Performance sur la période du 19 mars 2019 au 30 avril 2020.

* Les obligations AT1 et RT1 constituent de nouvelles formes de dette subordonnée éligibles aux fonds propres réglementaires selon Bâle 3 et Solvabilité 2. Les coupons sont discrétionnaires et la valeur nominale peut être réduite soit en les convertissant en actions (« obligations contingentes convertibles » ou « obligations CoCos ») soit en réduisant la valeur nominale qui peut ensuite être restaurée. Les titres AT1 et RT1 absorbent les pertes lorsque le capital d’une institution financière est inférieur à un seuil de déclenchement prédéfini (5,125% ou 7% pour les banques en fonction de ce qui est écrit dans le prospectus et 75% des exigences de capital sous Solvabilité 2 pour les compagnies d’assurance).